KT adulte : l’évangile selon Pilate

image_pdf

Organisée par le pasteur Lilian Seitz, une catéchèse pour les adultes est proposée en visioconférence depuis septembre autour du roman d’Éric-Emmanuel Schmitt, L’évangile selon Pilate, paru en septembre 2000.

L’auteur est un philosophe et aussi un homme de foi avec son univers, son humanisme, ses interrogations et ses convictions qu’il nous fait partager.
À travers ce roman, il nous invite à poser un regard nouveau sur nos propres interrogations et nos propres convictions. Nous pouvons alors échanger librement sur les premiers pas du christianisme, sur l’événement pascal, sur Jésus de Nazareth et sur le Christ… L’auteur connaît les Évangiles, il a une réelle culture biblique et historique, et ainsi, il nous invite à mener l’enquête au côté du préfet romain de Judée, Pilate, autour de deux mystères : l’incarnation et la Résurrection. Il s’agit alors d’une enquête sur nous-mêmes afin de nous poser la question : « Qui est Jésus pour moi ? »…

Dans nos rendez-vous en visio, chacune et chacun est invité à s’exprimer librement, à s’interroger, à enrichir les échanges…

Pasteur Lilian Seitz,
Responsable de la catéchèse en dissémination pour la région Ouest

Prochains rendez-vous : jeudis 19 mai et 16 juin.
Pour tous renseignements et participer à une séance : Lilian Seitz, lilianseitz@gmail.com.


Des participants témoignent

Des échanges divers et riches

Nous constatons effectivement avec plaisir et satisfaction que les échanges sont divers et riches. Par le fait de choisir un texte “non officiel”, tel que pourrait l’être un des livres de la bible ou un des Évangiles, mais de partir d’un livre contemporain, L’évangile selon Pilate, d’un auteur public tel que Éric Emmanuel Schmitt, nous dirons que “la partie n’était pas gagnée d’avance”. Pari gagné ! La décision de porter le débat au niveau régional permet d’ouvrir le spectre des participants. Dans ce genre d’échange biblique, se retrouvent deux publics, ceux qui viennent découvrir, et ceux qui viennent approfondir. Nous constatons que ceux qui se retrouvent dans ces visioconférences, dans ces visio-échanges, ont l’espoir d’approfondir et d’élargir leur réflexion. Je ne peux parler pour les autres, mais je peux affirmer que ces échanges sont pour moi source de progression spirituelle.

Il me reste donc ici à remercier Lilian de les avoir initiés, et aux participants d’y apporter leurs lumières.

Henri


Un enrichissement spirituel

Ce KT en visio me convient. Domicilié à Valençay (quasi équidistant de Châteauroux et de Blois) et dorénavant paroissien principalement à l’Église protestante unie du Loir-et-Cher, je me rends à Blois (à une petite heure de route de chez moi) en moyenne toutes les deux semaines pour participer aux cultes. J’hésite à y retourner spécifiquement pour participer également aux réflexions bibliques paroissiales mensuelles. Cela fait beaucoup de route en un mois. Je le ferai peut-être un jour, à terme, mais sans abandonner pour autant ce groupe et d’autres activités cultuelles en ligne, qui me conviennent bien. L’approche en parallèle de la Bible et du roman d’Éric-Emmanuel Schmitt, ponctué de précisions historiques, est très intéressante. Merci à nouveau pour cette formule qui mériterait, à mon avis, plus de diffusion médiatique par la région Ouest de l’Église protestante unie de France. Elle permet à des personnes éloignées ou/et peu mobiles mais équipées informatiquement (ce qui est notamment le cas de beaucoup de “séniors”, mais pas seulement eux) d’avoir un lien avec notre Église commune et de s’enrichir spirituellement, tout en se sentant inclus dans un groupe ”interactif”, comme mais plus encore que pour les cultes en ligne d’ailleurs.

Philippe


 Une ouverture vers des perspectives nouvelles

Les « vrais » Évangiles, canoniques, nous disent beaucoup de choses sur Jésus mais il y a aussi beaucoup de choses qu’ils ne nous disent pas (Jn 21.25). Nous en sommes réduits à essayer de lire entre les lignes pour essayer d’affiner notre compréhension. Chacun fait cette lecture entre les lignes le plus souvent inconsciemment. D’après son propre milieu dorigine et son parcours, religieux ou profane : protestant, catholique, anglican, évangélique, agnostique, humaniste, marxiste… chacun projette une vision différente dans les blancs du récit biblique. Un grand intérêt des discussions dans notre groupe de catéchèse animé par Lilian, est l’expression et la confrontation de ces différents ressentis. En réagissant à l’interprétation d’Éric-Emmanuel Schmitt, ainsi qu’à d’autres représentations non bibliques de la vie du Christ (tableaux…), nous exprimons et partageons nos visions avec les autres membres du groupe. Comme nous sommes dorigines et de sensibilités différentes, nous nous enrichissons mutuellement en nous ouvrant des perspectives nouvelles. Lexercice est un peu déroutant car lire un « Évangile » qui n’est pas « parole d’Évangile » nous force à faire constamment des aller-retours entre la forme et le sujet du texte, et la prise de distance par rapport à ce qui ne reste qu’un roman et un témoignage subjectif. Mais nous commençons à en prendre l’habitude.
Enfin, je dois dire que pour ma part, en plus de l’intérêt spirituel de nos discussions, j’apprécie beaucoup la bienveillance et la chaleur qui s’installe au fil des réunions zoom. Expérience inédite pour moi d’une petite communauté chrétienne « virtuelle », mais communauté quand même !

Jean-Didier


Un regain de confiance

Il y a ce que l’on vit seule, lors d’une lecture préalable, un peu étonnée, réservée face à ces images, ces situations que l’imagination libérée fait naître, mais heureuse de les voir resurgir au fil des heures, porteuses de questions qui incitent à faire une recherche complémentaire dans L’Évangile, un peu comme des images de paraboles.
Il y a ce que l’on vit dans le groupe : pistes de réflexion, questions, ressentis, credos de foi et de vie qui résonnent comme des évidences que l’on voudrait garder en soi et qui disent que cela peut être et que ce n’est peut-être pas si compliqué.
Il y a aussi cette atmosphère chaleureuse, accueil attentif de chaque parole, un accueil en attente.
Enfin, il y a eu, pour clore notre précédente rencontre, notre attention requise sur la dernière parole d’un Jésus agonisant, un Jésus divinement humain, parole d’interrogation, de doute, aussi vite reprise dans une proclamation d’espérance, et d’engagement, ultime achèvement de sa mission de rédemption et de pardon pour nous.
C’est pour tout cela que je choisis le terme « regain de confiance » pour traduire ce que je ressens en moi grâce à ce partage. »

Françoise