Des musiques à écouter en mai

image_pdf

MUSIQUE CLASSIQUE

Nuit exquise

Alice Ferrière, mezzo-soprano, Sascha El Mouissi, piano. Paraty 169 184, 2018.

« La nuit, c’est le moment où tout est possible, où l’âme s’ouvre et le rêve prend vie ». C’est par ces mots que la mezzo-soprano Alice Ferrière nous convie avec sa voix chaleureuse à nous glisser dans la poésie de la nuit et nous plonge dans l’univers des lieder allemands de Schumann (opus 90) ou de Strauss et des mélodies françaises de Berlioz (Nuits d’été), Debussy, R. Hahn, Franck, ainsi que de N. Boulanger ou d’I. Poldowski dont L’heure exquise ouvre cet enregistrement. Sascha El Mouissi, au piano, se montre un partenaire précieux dans cet univers poétique

Béatrice Verry


CHANSON FRANÇAISE

Sous le masque d’Helmut Fritz

Rock star sinon rien, un livre d’Éric Greff, éd. Anne Carrière.

Pour une fois, parlons d’un livre. Rock star sinon rien prolonge, décrypte et, finalement, transcende une aventure musicale qui n’a laissé personne indifférent en 2009. Car Helmut Fritz a été admiré et détesté, incompris et encensé pour Ça m’énerve et, douze ans plus tard, Éric Greff, son démiurge, raconte tout.
Au commencement, un cadre commercial chez BMW décide de se lancer dans la musique sans carnet d’adresses et peut-être sans le talent pour que séduisent ses chansons pop ambitieuses. Après quelques années d’échecs et de déprime, il délire tout seul sur l’accent snob et allemand de Karl Lagerfeld, écrit vite fait un texte satirique sur les happy beautiful people de la nuit parisienne. Bingo ! Succès immense, argent, alcool, tourbillon de péripéties tantôt prévisibles, tantôt ahurissantes.
Greff connaîtra encore le succès sous un autre nom, ressuscitera son génial alias pendant le confinement et restera à jamais pantois devant sa fugace capacité à synthétiser l’air du temps avec Helmut Fritz, personnage de comédie autant que sociologue perspicace. Cette dernière qualité fait d’ailleurs du livre d’Éric Greff un précieux témoignage sur la violence des carrières artistiques autant qu’une brillante analyse des ressorts de la culture populaire.

Bertrand Dicale