Les Rameaux, une manif qui tourne mal…

image_pdf

Le récit des Rameaux est l’introduction d’une suite de textes décrivant la montée vers le calvaire. Aujourd’hui, les commentateurs nous disent qu’il ne faut pas lire les récits bibliques, en particulier les paraboles, de manière anecdotique mais comme partie d’une histoire qui en comporte plusieurs, reliées entre elle dans une démonstration logique. (NDLR : une surprise vous attend en bas de cette page).

Fresque de Giotto représentant l’entrée de Jésus-Christ dans Jérusalem © Domaine public

Élian Cuvillier souligne la logique de la succession des textes dans l’évangile de Marc, de l’entrée triomphale le jour des Rameaux (Marc 11.1-10), en passant par la malédiction du figuier (Marc 11.12-14), la parabole des vignerons homicides (Marc 12.1-12), le don de la veuve au temple (Marc 12.41-44), jusqu’au scandale de la croix1.

L’entrée à Jérusalem

Jésus aux Rameaux entre à Jérusalem, porté par la foule. Drôle de roi ! Sans doute veut-il montrer à ceux qui ont le pouvoir religieux que ce pouvoir est usurpé, que les gens ne s’y retrouvent pas, qu’ils n’y trouvent pas leur compte ?

La malédiction du figuier

L’épisode du figuier veut redonner courage aux disciples qui sentent la fin proche. La force de la foi et de la prière n’est pas un miracle. C’est une démonstration de force, cette force que chacun de nous peut développer dans la confiance en ce Roi monté sur un âne, et dont le trône sera une croix.

Les vignerons homicides

La parabole des vignerons homicides annonce clairement la mort de Jésus. Ceux qui sont envoyés par le propriétaire ne font pas le poids non plus et sont « jetés » hors de la vigne. Même le fils de l’investisseur sera jeté, roué de coups et tué.

La veuve qui donne sa vie

La pauvre veuve donne sa vie pour le Temple, parabole de celui qui donne sa vie pour nous. Elle ne possède rien, ce qu’elle « jette » au tronc est dérisoire et pourtant, Jésus souligne à ses disciples qu’elle donne ce qu’elle a pour vivre, qu’elle donne sa vie. Celle qui s’est fait « jeter » par la société, « a mis, dans son manque, tout ce qu’elle possédait » en donnant ces deux pièces. Elle est manipulée peut-être par le Temple mais son offrande ajoutée aux autres ne sera pas inutile. Jésus met en avant, expose le geste de la veuve comme lui-même, porté par un âne, sera élevé sur la croix.

Et finalement, la résurrection donne un sens à notre vie

Comme le figuier, les envoyés du propriétaire de la vigne et l’offrande de la veuve, la manifestation des Rameaux est dérisoire, inutile, compte tenu de la suite. Comme l’offrande est jetée au tronc, Jésus sera jeté en pâture à la foule et condamné à mort. La mort de Jésus est tout aussi inutile, comme l’est toute exécution capitale, et scandaleuse dans le contexte des conflits entre les détenteurs du pouvoir et les pauvres de tous les temps. La résurrection au matin de Pâques donnera un sens aux Rameaux, au figuier desséché, au supplice des envoyés du propriétaire de la vigne, au demi-sou de la veuve, à la croix, et donne un sens à notre vie.

Stéphane Griffiths

1 Elian Cuvillier, L’évangile de Marc, Labor et Fides, 2002. P227 et sq.

Écoutez le chant de Stéphane : L’offrande de la veuve