Naissance d’un chant

image_pdf

Nous vous avons joué de la flûte, et vous n’avez pas dansé ;
Nous avons chanté des complaintes, et vous n’avez pas pleuré
 (Luc 7.32).

Un jour, je suis tombé sur ce texte de Luc, très énigmatique pour moi bien que ce soit une parabole censée éclairer le discours de Jésus.

Cela m’a donné envie de danser, j’ai entendu dans ma tête Yves Duteil. Alors me sont venus le refrain et le rythme qui allait avec, j’ai entendu une flûte reprenant cet air léger. Lisant et relisant le texte, ne comprenant pas bien, je me dis qu’il fallait expliquer les règles du jeu.

Un texte, une mélodie

Jésus évoque des enfants en train de jouer. Les uns miment un mot ou une situation, les autres doivent deviner et poursuivre le mime. Ces derniers ont perdu : nous vous avons joué de la flûte, et vous n’avez pas dansé !…
Mais quel rapport avec le message de Jésus ? Je me plonge alors dans les commentaires et sans vraiment comprendre, je sens que Jésus veut dénoncer un travers de la société, une dérive des maîtres à penser de son époque. L’effet d’imitation, les rumeurs, les réseaux sociaux, eh bien non ! Pas encore !
Et voilà, j’avais mon texte, le refrain, les couplets, et le lendemain, la musique est venue entre 4 et 5 heures, dans mon demi-sommeil. À 5 heures et demie, je me lève d’un bond, fonce dans mon bureau-studio où m’attendent guitare, logiciel d’écriture, micro, matériel d’enregistrement ! La mélodie prend forme, les sons et les airs s’enchaînent, la carrure et les voix se mettent en place. À 8 heures j’ai l’essentiel.

Qui vont évoluer

Tout au long de la journée, ce petit air de danse trotte dans ma tête et dans celle de mon épouse qui subit, et il me faudra patienter avant qu’une amie ne vienne le week-end à la maison pour me faire la partie de flûte. Ça fonctionne, me dis-je, content de moi. Mais ce n’est pas fini. À force de le chanter et de le rechanter au cours des semaines qui vont suivre, le texte va évoluer.

« Les amis de Jean jeûnent », Jean jeûnent, Jean jeûnent, jeu jeu, je n’arrive pas à chanter cette double syllabe, ça ne va pas !

Et pourquoi pas, « Jean et ses amis jeûnent », c’est mieux mais pas parfait : La mélodie va bouger aussi, je vais entendre une chorale, une assemblée paroissiale, d’autres instruments…

À suivre…

Stéphane Griffiths

J’ai participé au concours de cantiques du temple du Saint-Esprit (voir l’article paru sur ce site). Le texte était imposé, c’était un autre exercice. J’ai perdu mais je continue à savourer la Bible pour la chanter.

Écoutez la première version du chant La charade de Stéphane.