Ils sont plusieurs dans sa tête

image_pdf

Marc 5.1-20

© Ulla Rousse

Raconte-moi

Jésus croise près d’un cimetière un homme, qui vient vers lui. Il vit tout nu au milieu des tombes, crie, hurle, se frappe avec des pierres et personne n’a jamais pu le maîtriser ; même enchaîné il se libère. Arrivé près de Jésus qui demande à l’esprit impur de sortir du corps de l’homme, celui-ci dit : « Qu’y a-t-il entre toi et moi, Jésus, fils du Dieu-Très-Haut ? Je t’en supplie, ne me tourmente pas ». Alors Jésus lui demande son nom et l’homme répond « Légion, car nous sommes nombreux ».
Il y avait là un grand troupeau de porcs en haut de la falaise. Les esprits disent à Jésus : « Permets-nous de rentrer dans ces porcs ». Jésus le leur permet et les porcs courent se jeter dans la mer du haut de la falaise.
Les gens accourent en se demandant ce qui s’est passé et voient l’homme assis, tout habillé et sain d’esprit. Ils prennent peur et s’enfuient. Et Jésus demande à l’homme de retourner chez lui pour dire à tout le monde ce qui lui est arrivé.

Comprendre et s’interroger

L’homme n’arrive pas à se maîtriser, au point qu’il est rejeté de tout le monde. On fait parfois l’expérience de ce rejet face à quelqu’un de violent. Ici, c’est bien plus fort, car l’homme semble possédé par des démons. L’attitude de Jésus est donc surprenante : pourquoi adresse-t-il la parole à cet homme que tout le monde rejette, et cherche-t-il à le sauver de son mal ?
Dans le monde d’aujourd’hui, on colle parfois des étiquettes sur ceux qui sont différents ou malades, et dans cette histoire les nombreux démons qui habitent cet homme représentent les différentes maladies.
Les démons reconnaissent Jésus comme le fils de Dieu. Peut-être est-ce une manière d’affirmer que Jésus est supérieur à la maladie, aux démons. Que peut-on en penser ?
Jésus ne veut pas que l’homme guéri le suive, mais qu’il rentre chez lui pour vivre sa vie à lui et dire aux autres ce qu’il s’est passé. Pourquoi ?
Nous arrive-t-il, à nous aussi, de nous sentir différents des autres, ou d’avoir des pensées qu’on ne peut maîtriser ? Est-ce que cette histoire nous est alors utile ?

Peggy und Marco Lachmann-Anke de Pixabay

Le banc de l’amitié

On raconte que dans une école, la maîtresse avait fait installer un banc dans la cour de récréation, le banc des amis. Lorsqu’un enfant se sentait seul ou triste, il allait s’y asseoir et les autres le savaient et pouvaient venir le chercher pour jouer. La mère d’un enfant de la classe lui a demandé un jour si ce banc était utile. Et l’enfant lui a répondu : « Je l’ai utilisé un peu, au début, quand je me sentais seul parce que je ne connaissais personne dans l’école. Et puis au bout d’un moment ça a été mieux, et quand je vois un enfant assis sur le banc, je viens jouer avec lui ».
Peut-être pourrait-on avoir d’autres idées qui soient un peu comme ce banc ?

 

Prière pour la différence

Seigneur, mon Dieu, mon Père,
Par moment je me trouve différent.
Les autres m’ennuient ou m’énervent,
J’ai un avis que personne ne partage,
Je n’arrive pas à dire ce que je ressens,
Je réagis très fort aux paroles de mes amis.
Viens me rassurer, me donner de la paix, calmer ma colère.
Je te confie leur nom.
Prends soin d’eux et veille sur eux,
Mon Dieu et mon Père, toi qui es aussi le leur.
Fais-moi comprendre que nous sommes tes enfants,
Donc frères et sœurs les uns des autres.Amen !

Anaïs Bolterre