Qu’est-ce qu’annoncer l’Évangile ?

image_pdf

Ces derniers mois, les Églises locales se sont rassemblées pour parler de la mission de l’Église, à partir d’un dossier intitulé : « Mission de l’Église et ministères » 1, elles ont ensuite envoyé leurs contributions à la région qui étudiera le sujet lors du prochain Synode régional en novembre avec les délégués des Églises locales et les pasteurs de la région.

Ce mouvement des Églises vers le Conseil régional puis national puis le retour du national est ce que l’on appelle le système presbytéro-synodal qui caractérise notre Église.

 « Église, témoignage, mission, conversion, communion », voici quelques mots clés extraits du dossier qui nous font prendre conscience que l’on entre tout de suite dans le vif du sujet, celui de la foi et de la transmission.

« Annoncer l’Évangile, c’est d’abord accueillir cet Évangile, pour être Église. C’est un processus de conversion intérieure mais aussi de communion ecclésiale ». Cette affirmation a nourri de nombreux débats, certains d’entre nous se sentant plus concernés par un apport spirituel personnel, d’autres favorisant l’approche communautaire.

 « La mission comporte quatre dimensions : la proclamation de l’Évangile, le culte rendu à Dieu, le témoignage, le service. Toutes ces dimensions ouvrent l’Église au monde. » Et nous, petite Église locale, sommes-nous présents dans ces quatre domaines ? Faut-il en privilégier un ?

« Ce qu’entreprend l’Église est dans la main de Dieu, c’est Dieu qui agit dans la mission. » Attention de ne pas oublier que le Christ nous précède en Galilée. Tout ce que nous entreprenons est le fruit d’une collaboration. Dieu est présent avant, pendant, après.

« La mission de l’Église consiste aussi à soutenir les signes de ce Royaume discernés dans les paroles et les actes de personnes non-chrétiennes, car l’œuvre de Dieu déborde la seule mission de l’Église ». Eh oui, nous n’avons pas le monopole des signes du Royaume, encore une raison d’être bien plus présents et plus accessibles à nos contemporains.

C’est ainsi que les débats sont allés bon train, à l’image de la densité du dossier proposé. Laissons maintenant les délégués synodaux reprendre la main, grâce à la synthèse que les rapporteurs du Synode leur proposeront.

Un document de synthèse sera alors finalisé et ira en rejoindre d’autres au Synode national du printemps 2022.

 Claudie de Turckheim

Un seul thème pour trois Synodes !

Les trois prochains Synodes nationaux auront pour thème principal « La mission de l’Église et les ministères », avec les dominantes suivantes :

2022 : discerner une vision globale et ses grandes orientations.

2023 : réformer l’Église en vue de sa mission (élaboration d’outils missionnaires, création de ministères et de formations adaptées).

2024 : mise en application des décisions.

1 Disponible et téléchargeable sur le site de l’EPUdF.

Voir le dossier consacré à ce sujet.