Une Église qui sort de ses murs

image_pdf
Le temple de Mornac © Valérie Mali

Une Église, un pasteur, un projet – 23*

La pasteure Valérie Mali est arrivée dans la presqu’île d’Arvert il y a un an. Une presqu’île qui n’en est pas vraiment une. C’est une bande de terre bordée par deux estuaires : celui de la Gironde et celui de la Seudre. C’est aussi un haut-lieu du protestantisme charentais où chaque village a son temple.

Valérie Mali © selfie

C’est ainsi que l’Église protestante unie des îles de Saintonge (qui couvre également l’île d’Oléron) ne compte pas moins de neuf temples, neuf lieux d’histoire auxquels il faudrait redonner une âme.
Valérie Mali et le Conseil presbytéral ont décidé de réfléchir à une présence d’été dans le temple de Mornac-sur-Seudre. En effet, ce sont quelques milliers de touristes qui chaque été déambulent dans ce village labellisé « plus beau village de France »

Un lieu de rencontre

« Mon idée, explique Valérie Mali, était d’abord de mobiliser le Conseil sur un projet qui fédère. Nous avons alors réfléchi à la spécificité de chaque temple et décidé de commencer par le village de Mornac, c’était peut-être le plus facile des lieux car très touristique. Nous avons imaginé quelque chose qui attire l’œil, qui autorise le passant à s’arrêter et passer la porte du temple. »

Ce sera donc un lieu de rencontre et d’évangélisation pendant les deux mois d’été. Dans le temple, on rêve d’installer une librairie, une exposition ouverte au public, grâce au soutien de la Maison de l’histoire du protestantisme charentais, des animations avec la branche Scouts marins des Éclaireurs, éclaireuses unis de France et d’autres associations protestantes locales. Dans le jardin, des tables, des chaises, une buvette, des poules (petit clin d’œil à l’engagement environnemental de l’Église), tout ce qui permet un temps de pause et qui peut favoriser les échanges avec les représentants de l’Église présents.

Une mobilisation sur tous les fronts

Pour faire de ce lieu une vitrine du protestantisme, le rendre attirant et convivial, favoriser le partage et la prière, il faut une présence et un investissement humain importants. « Les paroissiens sont partie prenante et déjà mobilisés, affirme la pasteure. L’enjeu est de taille car il s’agit de sortir de nos cercles étroits ». Il est déjà prévu un rallye historique dans les rues de Mornac et une animation biblique et ludique pour les enfants. Les bénévoles vont être formés à l’évangélisation et à l’animation des expositions au cours de l’année. Tisser du lien, vivre la collégialité, faire hospitalité, voilà le but de ce projet qui va voir le jour en juillet et août 2022

Claudie de Turckheim

* Cet article est le vingt-troisième de la série « Une Église, un pasteur, un projet ». Lire le précédent : « Confiance, co-construction et créativité, les trois mots clés du Mans ».