Un espace spécial jeunes

image_pdf
Les jeunes attendant le bus devant les portes du temple de Saintes © DR

Une Église, un pasteur, un projet – 20*

Pour la pasteure Corinne Danielian-Verdin, ce fut une évidence. Dès son arrivée à Saintes, il y a un an, elle a constaté la présence de lycéens, plantés physiquement devant les portes du temple. Des jeunes qui, au moins deux fois par jour, passent et s’arrêtent pour un temps quelquefois long, en attendant leur car, la gare routière étant située en face du temple.

Corinne Danielian-Verdin © DR

« Un mercredi à midi, dit Corinne Danielian-Verdin, je me suis penchée par la fenêtre du presbytère et j’ai vu une centaine de jeunes passer. Ça m’a fait penser à la pêche miraculeuse. Il y a juste à lancer les filets ! »

Favoriser la rencontre

En voyant tous ces jeunes attendre leur car debout, assis, par petits groupes ou seuls, souvent tournés vers leur portable, elle a pensé que le minimum serait de leur proposer un endroit pour se poser, un abri. Alors pourquoi ne pas les accueillir dans la grande salle donnant sur la rue et jouxtant le temple ? Le projet « Espace jeunes » était né. Il fallait alors convaincre le Conseil presbytéral et les paroissiens et elle a su trouver les arguments « On a une vocation à accueillir, comme Abraham avec les trois visiteurs qui passent devant sa tente. Nous devons ouvrir notre tente, avant même de projeter quoi que ce soit, permettre à ces adolescents d’avoir un peu de temps entre eux pour se rencontrer, se connaître, leur offrir un lieu où ils se sentent bien. Un lieu de ressourcement mais aussi un lieu d’écoute, pas juste un abri-bus. »

Et être à leur écoute

À l’âge de l’adolescence, on se pose des questions existentielles sur la vie, et sur son propre avenir. En Église, on a les outils et les personnes pour dialoguer, on a une expérience de l’échange et de la réflexion et la Bible invite à approfondir un certain nombre de questions sur le sens de la vie. Car si la démarche d’accueil n’est pas prosélyte, il n’est pas question d’éluder les questions spirituelles, qui sont souvent caricaturées par les médias. La méconnaissance de la culture biblique et des différentes confessions est grande. « Nous voulons pouvoir partager avec eux leurs questionnements sur l’existence de Dieu et sa présence dans nos vies », affirme la pasteure. Les jeunes de la paroisse seront là également pour accueillir d’autres jeunes et témoigner de ce qu’ils vivent ».

Vivre à leur rythme

Dans un premier temps, l’Église protestante unie de Saintes proposera donc un espace avec des fauteuils, un canapé, une table basse, un mini-bar, avec un accès à des livres, des jeux, un babyfoot. « Il faudra aller à leur rythme, ajoute Corinne Danielian-Verdin, mais il se peut qu’il y ait des accélérations, quelques jeunes peuvent avoir envie de monter un projet : enregistrer des émissions sur le web, mettre en place une aide à une partie de la population locale ou à l’étranger, monter un jumelage avec d’autre Églises à l’étranger… ». Une ouverture de « l’Espace jeunes » deux fois par semaine est prévue pour janvier prochain. La toute petite équipe autour de la pasteure devra être étoffée et aidée d’un jeune en service civique.

Un espace pour tous

Ce lieu d’accueil a vocation à être le lieu de tout ce qui peut être planté et qui a besoin de temps dans l’Église, lieu informel où l’on accueille la personne de passage, où l’on se retrouve autour d’un café avant ou après un culte, une séance de catéchèse… Pour la pasteure Danielian-Verdin : « Dans la Bible, tout commence par des rencontres. Permettre la rencontre, c’est permettre de planter des projets nouveaux et ça ne concernera pas que les jeunes ».

Claudie de Turckheim

* Cet article est le vingtième de la série « Une Église, un pasteur, un projet ». Lire le précédent : « Comment être témoins ? ».