Un culte au Désert… dans les Deux-Sèvres

image_pdf
Culte au Désert, à la clairière de Paterre (Deux-Sèvres) © Claudine Da Ernestho

Il fallait oser. Oser recommencer, dans une situation sanitaire incertaine, ce culte qui ne se tenait plus depuis 2014, et qu’à cette époque l’Église de Saint-Maixent-Souvigné organisait avec l’Église de la Mothe, avec le soutien du Consistoire.

Le choix a été fait de la clairière de Parterre, sur la commune de la Couarde (Deux-Sèvres), en forêt de Lhermitain, non loin de la stèle qui commémore les assemblées secrètes du XVIIe siècle au péril des dénonciations et des dragons. Un bel endroit au bout d’une longue allée forestière, sous les grands arbres, paisible, un peu reculé, et auquel on accède par un chemin des plus défoncés…

Une organisation méticuleuse

À deux semaines du jour J, inquiétude de la part de quelques personnes pas en vacances devant un tas de belles affiches… à installer où ? On ne peut pas afficher chez son boulanger, au supermarché ou à l’office de tourisme pour un culte comme on le ferait pour une exposition « culturelle ». Par ailleurs, qui faisait quoi ? Quelques coups de fil ont eu tôt fait de rassurer les inquiètes : on s’activait de part et d’autre pour flécher, trouver la sono, installer des sièges, préparer un pot de l’amitié, dénicher la chaire démontable ou au moins transportable qui transformerait la prédicatrice de ce culte, Claudine Da Ernestho, en prédicante du Désert… Le choix a été fait alors de faire des rappels aux cultes des Églises voisines, de donner quelques coups de téléphone, et de distribuer largement des affichettes avec plan aux personnes qui venaient au temple de Saint-Maixent découvrir l’exposition. Et encore de solliciter la correspondante de presse locale qui a accepté de venir interroger la prédicatrice et se renseigner sur ce qu’étaient les cultes au Désert, alors qu’elle ne couvre pas le secteur de la forêt de Lhermitain.

Une belle affluence

Et le 21 août peu avant 20 heures, alors que nous nous disions « Si trente personnes viennent, ce sera bien » nous avons vu affluer soixante-dix personnes, membres de nos communautés des Deux-Sèvres mais aussi de la Vienne, vacanciers, aînés, quadragénaires et petits enfants, amis catholiques… Il paraît même que sous le masque il y avait notre ancien pasteur Stéphane.
Quelques personnes qui pouvaient garer leurs voitures tout près du lieu de culte ont préféré marcher, comme leurs ancêtres, pour se mettre dans l’ambiance. Un proverbe dit « que le chemin fait partie de la messe » !

Et une jolie surprise

Claudine a prêché éclairée par une lampe sourde sur Corinthiens 1 10. 23-33 « Tout est permis mais tout n’est pas utile » « La connaissance enfle, mais l’amour édifie ». S’il a été difficile à la fin de suivre les livrets de chants dans la quasi obscurité, globalement nous avons chanté avec entrain, entraînés par quatre musiciens : Gaël, Patrick, Olivier et Béatrice. Après la bénédiction, nous avons eu la bonne surprise d’entendre un participant nous jouer un air d’accordéon bouleversant de beauté… C’était presque dommage de devoir se séparer après un aussi bon moment.

Nous recommencerons ! Une « to-do list » (liste de choses à faire) est déjà en cours de constitution, afin de ne rien oublier l’année prochaine et de coordonner nos efforts. On pense à frapper des méreaux, qui serviront de laissez-passer.

Jocelyne Cathelineau,
Église protestante unie de Melle-Celles-Saint-Maixent