Les postes missionnaires*

image_pdf
Lespace Kelo Mad à Pontivy © DR

Les postes missionnaires visent-ils la création de nouvelles Églises locales ou la redynamisation de l’existant ?

Je ne crois pas qu’il faille opposer création et redynamisation d’Église. Redynamiser, c’est redonner du mouvement, remettre en marche, ou plus exactement, parce que l’Église rassemble des humains, c’est être remis en mouvement par Dieu et se remettre en marche.

De nouveaux lieux

Il y a plusieurs manières de se déplacer. Certains marchent à petits pas, d’autres à grandes enjambées… on peut tout inventer.
Parfois notre Église vit son chemin avec des personnes qui « créent » de nouveaux lieux d’Église. Et les guillemets sont de rigueur, tant c’est Dieu qui est réellement créateur.
Il existe des postes missionnaires qui sont ou seront pensés pour que naissent de nouveaux lieux : des Églises locales, type associations cultuelles, des Églises de maison, des lieux de prière ou de ressourcement, et aussi des lieux alternatifs comme des cafés chrétiens, des jardins partagés.
L’Escale à Paris ou la mission Centre Bretagne à Pontivy sont des exemples de « lieux autrement ». Ils témoignent que la présence de l’Église n’est pas figée dans une seule manière de fonctionner.

Ou de nouveaux projets

Parfois aussi, notre Église vit son chemin avec des personnes qui, dans des lieux bien implantés, décident de sortir un peu des sentiers battus et ouvrent de nouveaux embranchements.
Il y a alors des postes missionnaires qui sont ou seront pensés en lien étroit avec les activités d’une Église locale. Ce peut être une paroisse qui grandit et ouvre un autre lieu tourné vers l’accueil des étudiants, ou qui se lance dans un projet d’évangélisation en lien avec son entraide paroissiale. Ce peut être aussi une Église locale qui se sent fragilisée et a envie de revisiter ses activités pour être ressourcée. Les postes missionnaires font alors appel à des « démarches autrement », comme les cultes café-croissant, l’animation biblique
Ouvrir un poste missionnaire, c’est rejoindre nos contemporains où ils sont avec les forces et les dons des personnes que Dieu envoie. Autant dire que l’inventivité et la créativité ont toute leur place.

Pasteure Gwenaël Boulet
Secrétaire nationale évangélisation et formation

* Cet article fait partie du dossier Ministères dans l’Église, les nouveaux défis. Voir le sommaire.