Une idée de promenade… Orléans au fil de l’histoire

image_pdf

La Ville d’Orléans et ses alentours recèlent de nombreux sites remarquables, témoins de l’histoire des protestants, notamment au XVIe siècle lorsque Orléans était surnommée « la petite Genève » ou « le boulevard du calvinisme ».

Orléans, labellisée « Ville d’art et d’histoire », est située le long de la Loire et se trouve au cœur du périmètre inscrit par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité. Jeanne d’Arc y est incontournable, c’est la figure emblématique de la ville …

L’hôtel Groslot, place de l’Étape.

Hôtel Groslot, place de l’Étape, aujourd’hui l’hôtel de ville d’Orléans © MPO
Buste d’ÉtienneDolet © Wikimedia Commons

À la Renaissance l’hôtel Groslot était un hôtel particulier, aujourd’hui il abrite les salons de réception de la Ville d’Orléans. Dans le petit jardin de l’hôtel Groslot se trouve le buste d’Étienne Dolet. Cet humaniste orléanais, né en 1509, figure majeure de la liberté de conscience, imprime et diffuse des livres interdits, notamment en relation avec la Réforme. Il est condamné à mort pour hérésie le 2 août 1546.

——————————————————-

 

——————————————————-

Hôtel Groslot, détail © MPO

L’hôtel Groslot mérite une visite détaillée pour son architecture due à Jacques 1er Androuet du Cerceau, architecte huguenot, et pour son bel intérieur. Les cariatides encadrant les portes du perron sont attribuées au sculpteur protestant Jean Goujon. À l’occasion des États généraux de 1560, la régente Catherine de Médicis réside dans cette demeure et le jeune roi François II y meurt en décembre 1560.
Cet hôtel renaissance est construit entre 1549 et 1555 pour le protestant Jacques Groslot, bailli d’Orléans. En 1545, il résilie sa charge pour son fils Jérôme qui devient le chef de la communauté protestante d’Orléans.
Jérôme fait de son autre résidence, le château de l’Isle, tout près d’Orléans à Saint-Denis-en-Val, un lieu de prêche et d’accueil pour ses coreligionnaires persécutés. Ami de Coligny et des plus illustres chefs de la Réforme, il meurt à la Saint-Barthélémy dans les appartements d’Henri de Navarre.

Château de l’Isle, St-Denis-en-Val © ASCI
Cathédrale Ste-Croix – vitrail Henri IV © MPO

La cathédrale Sainte-Croix

Presque en face de l’hôtel Groslot se dresse la cathédrale Sainte-Croix. Théodore de Bèze y a prêché en 1562 et 1563, lorsque la ville d’Orléans, transformée en forteresse protestante, était devenue la capitale politique du parti protestant.
Puis, pendant la deuxième guerre de religion en 1568, la cathédrale gothique est en grande partie détruite par les troupes protestantes, en dépit des mesures prises par Condé pour la protéger. Un vitrail et une inscription rappellent l’engagement du roi Henri IV à la reconstruire à partir de 1601. Les travaux ne s’achèveront qu’en 1829.

 

 

La salle des thèses, 2 rue Pothier

Salle des thèses, intérieur © MPO
Salle des thèses © MPO

Tout près de la cathédrale, rue Pothier, se trouve la salle des thèses. L’université d’Orléans, avec la présence de nombreux humanistes ouverts aux idées nouvelles, ainsi que celle d’étudiants allemands, fervents Luthériens, a favorisé la propagation du protestantisme dans l’Orléanais.
La salle, dite « des Thèses », est le seul vestige de cette université. C’est l’un des plus anciens monuments civils gothiques du Moyen-âge qui subsiste en France. Dans cette salle sont passés comme étudiants ou professeurs beaucoup de grands noms de la Réforme : Théodore de Bèze, Anne du Bourg, Charles du Moulin, François Taillebois, Agrippa d’Aubigné, Olivetan, François Hotmann, bien d’autres et surtout Jean Calvin.

 

Statue de Calvin © MPO

La statue de Calvin, place Saint-Pierre-Empont

Jean Calvin s’inscrit à l’université d’Orléans à 19 ans pour y suivre les réputés cours de droit civil. Il fait partie du cercle humaniste orléanais. Non loin de la préfecture, une rue où il vécut porte son nom, et une statue à son effigie, du sculpteur orléanais Daniel Leclercq, se trouve depuis 2009, face au temple protestant, cloître Saint-Pierre-Empont.

 

 

 

Le temple, cloître Saint-Pierre-Empont

Au cœur du vieil Orléans piétonnier s’élève le temple d’Orléans. La communauté protestante inaugure en 1839 un temple, grâce à l’action du pasteur Rosselloty. C’est l’œuvre de l’architecte orléanais François-Narcisse Pagot. De forme circulaire, il est construit à la manière antique, orné de médaillons à têtes d’ange et surmonté d’une coupole. L’entrée est soutenue par quatre colonnes à chapiteaux ioniques. À l’intérieur on peut encore voir les boiseries et la chaire d’origine ainsi que les colonnes en fonte qui soutiennent la tribune.

Le temple d’Orléans aujourd’hui © MPO

Intérieur du temple © MPO

Médaillon de la rotonde © MPO
Maison du riche marchand protestant Jean d’Alibert © MPO

Les maisons renaissance

Pour terminer la promenade il faut descendre vers la Loire en admirant au passage les belles maisons renaissance. Celle qui se trouve 6 place du Châtelet, propriété de Jean d’Alibert, riche marchand huguenot, a servi de lieu de culte  en 1561.

De nombreux autres sites sont à voir à Orléans et aux alentours.

Gracieuse Moulin

 

 

 

* L’association Mémoire protestante en Orléanais (MPO) veille à recenser, à rassembler et à faire connaître les sites, les documents et les objets relatifs au patrimoine historique et culturel protestant de l’Orléanais.
Contact : infos@memoprotestantorleans.org


Une exposition riche de quinze panneaux illustrés présentant une trentaine de lieux de mémoire protestants de l’Orléanais se tient actuellement dans le temple d’Orléans jusqu’au 19 septembre. Elle est visible chaque samedi de 15h à 18h ou pour les groupes sur demande au 06 05 26 19 53.

 

D’autres idées de promenades dans la région.