Marie dans la tradition protestante

image_pdf
Luther a cependant composé des « Magnificat » pour Marie que Bach a mis en musique © Élisabeth Renaud

Les protestants n’ont d’autres médiateurs et intercesseurs que Jésus le Christ, ils ne rendent donc aucun culte particulier à Marie, aux Apôtres et aux saints. Pour eux, Marie est une croyante exemplaire, dont la mémoire est honorée suivant ce que nous en disent les Évangiles.

Ainsi, par eux, nous confessons que Marie est la mère de Jésus, ce qui n’est pas rien ; qu’elle fut aussi disciple du Christ et a eu un rôle important aux côtés de Jésus, selon le témoignage de l’apôtre Jean (aux noces de Cana et à la crucifixion de Jésus). Les protestants croient que Jésus a été conçu et est né miraculeusement alors que Marie était vierge ; mais qu’après la naissance de Jésus elle a eu une vie de couple normale et plusieurs enfants avec Joseph. Surtout, pour tous les protestants, suivant en cela les Évangiles, seul Jésus a été conçu et a vécu sans la marque du Péché. Reste que Luther lui a composé de belles prières, des « Magnificat », que Bach, le « cinquième évangéliste » a merveilleusement mis en musique. Avec lui, avec l’évangéliste Luc, nous pouvons nous aussi – même si on est issu de la tradition réformée -, chanter avec notre sœur Marie de Nazareth le « Magnificat » (Luc 1.46-55), qui est d’abord une réactualisation dans la vie de cette jeune vierge appelée à porter le Fils de Dieu, de paroles plus anciennes trouvées dans les psaumes ou le Siracide.

« Je veux te rendre grâce, Seigneur roi, et te louer, Dieu mon sauveur. Je rends grâce à ton nom… » (Si 51.1-2a).

Pasteur Luc Serrano