L’Assemblée du Désert 2021*

image_pdf
Le pont des camisard** sur la commune de Mialet (Gard) © Annie Jacquot

À l’occasion du 150e anniversaire de la « Miss pop », l’Assemblée du Désert, qui aura lieu le 5 septembre à Mialet (Gard), évoquera ce protestantisme hors les murs, l’un des ferments actifs du mouvement évangélique et du Christianisme social.

L’Assemblée du Désert est un grand rassemblement protestant organisé chaque année le premier dimanche de septembre sur les terrains du Musée du Désert.
La première Assemblée eut lieu le 24 septembre 1911, lors de l’inauguration du Musée avec ses fondateurs Franck Puaux et Edmond Hugues.
Depuis cette date, tous les ans à l’exception de quelques années de guerre (ou de covid !), se tient l’Assemblée du Désert. Cette assemblée réunit, dans une ambiance à la fois recueillie et joyeusement familiale, des participants venus principalement des Cévennes et du Languedoc, mais très nombreux aussi de toute la France et de l’étranger. Sous les chênes et les châtaigniers du Mas Soubeyran, un culte le matin se termine par la sainte Cène, et des allocutions historiques l’après-midi. L’esprit de l’Assemblée du Désert n’est pas uniquement la commémoration du passé, mais l’appropriation et la transmission des valeurs issues de ce passé, valeurs qui ont forgé l’identité huguenote.

Le 150e anniversaire de la Mission populaire

Passe de l’autre côté et viens nous secourir “. Cet appel d’un païen de Macédoine, reçu en songe par l’apôtre Paul (Act. 16.9), est au cœur du récit de fondation de la Mission populaire évangélique, en août 1871, au lendemain de la Commune. De passage à Paris, le pasteur écossais Robert McAll, distribuant des tracts, fut interpellé ainsi par un ouvrier de Belleville : ” Dans ce quartier qui contient des ouvriers par dizaines de mille, nous ne pouvons accepter une religion imposée, mais si l’on nous présentait une religion de liberté et de sincérité, alors nous l’écouterions “. McAll y entendit un appel missionnaire en direction du monde ouvrier écrasé et déchristianisé.
Inspiré par le modèle du réveil méthodiste, il organise des réunions d’évangélisation et d’éducation populaire dans des lieux ” laïcs “, salles de bistrot ou péniches. Des salles s’ouvrent et se multiplient – une centaine vers 1880.
À Marseille, l’œuvre est développée par Ruben Saillens, l’auteur de “la Cévenole”, évangéliste des Églises libres, qui s’en détachera pour fonder des Églises baptistes. Après la guerre de 1914-1918, l’expérience des “fraternités” réunit des permanents de la Mission populaire engagés dans le Christianisme social : en première ligne Élie Gounelle, pasteur à Alès puis à Roubaix, et Henry Nick, pasteur de Mialet puis à Lille.

Le programme

Le culte à 10h30 sera présidé par le pasteur Olivier Brès, président de la Mission populaire évangélique de France.
L’après-midi, on entendra les allocutions historiques de Christophe Chalamel, professeur à la Faculté de théologie de l’Université de Genève, et de Daniel Travier, historien.
Le message final sera donné par Florence Blondon, pasteure de l’Église protestante unie de l’Étoile à Paris.

Site de l’Assemblée du Désert.
Téléchargez le programme 2021.

* Article paru sur le site de l’Église protestante unie de France.

** Les camisards sont des protestants français de la région des Cévennes et de la Vaunage, dans le Sud de la France, qui ont mené une insurrection contre les persécutions qui ont suivi la révocation de l’Édit de Nantes en 1685.