Un nouvel espace de vie communautaire

image_pdf
Le Carae, centre d’accueil, de rencontres et d’animations d’Exoudun © DR

Une Église, un pasteur, un projet – 12 *

En Poitou rural, le Carae est un lieu connu de tous qui a marqué plusieurs générations de protestants, engagés dans l’Église ou dans le scoutisme. On y a des souvenirs inoubliables. Pour les non-initiés, Carae signifie : Centre d’accueil, de rencontres et d’animations d’Exoudun.

Bertrand Marchand © DR

Le désir de revitalisation du centre est né d’un souhait des Églises de s’y investir à nouveau et de privilégier les besoins des Églises et des associations plutôt que la location de salles pour des événements familiaux.

Rencontre, collégialité

Le pasteur Bertrand Marchand, membre du conseil d’administration, nous explique : « La réflexion a été menée avec les Églises locales du Poitou, les bénévoles actifs du Carae et les scouts unionistes. De nouveaux statuts ont été déposés et une charte donne les grandes orientations :  un usage associatif plus qu’individuel, un lieu où l’on vit vraiment l’accueil et la rencontre. Nous voulons donner sens à l’acronyme Carae. »
Un projet d’Église mais pas que. L’originalité du projet est d’y associer des associations et institutions amies, ainsi que les acteurs de la vie associative de proximité. L’Église protestante unie de France et les Éclaireuses et éclaireurs unionistes de France sont les deux acteurs historiques du lieu mais d’autres partenaires sont invités à les rejoindre : les mouvements de jeunesse et d’éducation populaire, les associations d’action sociale…

Et gouvernance partagée

La Fédération de l’Entraide protestante a déjà été contactée pour des séjours de vacances, l’Institut protestant de théologie pour des séminaires… Le rapprochement avec des partenaires locaux sera l’occasion d’impluser une vraie dynamique locale et de faire vivre le lieu également en semaine.
Le Carae sera donc un endroit où l’on se croise et vit non pas côte à côte, mais ensemble. Les salles de réunions et les espaces ne seront pas attitrés. Pas de prestations offertes, mais un lieu de vie où l’on s’investit. Le nouveau Carae accueillera des séjours de vacances, des colloques, des formations, à la journée ou avec hébergement. Bertrand Marchand envisage ce projet dans l’optique d’une Église missionnaire : « Non pas une Église missionnaire au sens d’évangélisation explicite, mais dans le sens de faire partie de la vie associative locale. »
Au temps de la réflexion succède maintenant celui de l’action : il faudra une année pour réunir les fonds et deux ans pour la réhabilitation. Un beau projet dont nous pourrons tous profiter dans quelque temps.

Claudie de Turckheim

Cet article est le douzième de la série « Une Église, un pasteur, un projet ». Lire le précédent « La prière, ciment d’une vie communautaire ».