Histoire d’un militant des Fils de la liberté

image_pdf

Biographie

Paul Revere, fils de huguenot, industriel et héros de l’indépendance américaine, Roy Carpenter, Ampelos, 2020, 164 p., 12 €

À Boston, une bâtisse en bois du XVIIe siècle est devenue musée : c’est celle de Paul Revere, icône de la Révolution américaine. Un poème d’Henry Longfellow a magnifié pour des générations d’écoliers la chevauchée nocturne du patriote Paul Revere, parti le 18 avril 1775 avertir les miliciens américains d’un mouvement de troupes anglaises, facilitant ainsi la première victoire militaire des « Insurgents » à la bataille de Lexington.
La biographie que l’universitaire Roy Carpenter consacre à ce héros américain éclaire d’un jour particulier cette image d’Épinal du premier rêve américain.
Paul Revere était en effet le fils d’Apollos Rivoire, protestant originaire de Sainte-Foy-la-Grande parti rejoindre en 1715 la Nouvelle-Angleterre en raison des persécutions de la fin du règne de Louis XIV. On sait que l’Angleterre avait fait de ce territoire une colonie de peuplement en y envoyant ses dissidents religieux. Les solidarités confessionnelles lui firent jouer un rôle dans l’accueil de Huguenots fuyant le royaume de France. L’orfèvre Apollos Rivoire se coula rapidement dans le milieu des artisans de Boston, épousa la descendante d’une famille puritaine déjà bien installée et modifia son nom difficile à prononcer en anglais. Son fils Paul né en 1735 ne parlait déjà plus le français…
Ce dernier grandit dans l’atmosphère du Grand Réveil religieux qui secoua les colonies et contribua à leur affranchissement vis-à-vis de la métropole anglaise, ressentie comme une tutelle de plus en plus coercitive. Paul Revere participa à la version locale de la guerre de Sept Ans (1756-63), dont on sait les conséquences fiscales sur les colonies américaines. Il devint un militant des Fils de la Liberté et, via une appartenance à la franc-maçonnerie, un proche des Pères Fondateurs de l’Indépendance ; sans négliger une carrière dynamique dans la première industrie métallurgique des États-Unis… En somme, Paul Revere représente un modèle achevé du premier melting-pot des jeunes États-Unis, puissamment aidés par la France de ses origines.

Jean Loignon