Accroître la communauté

image_pdf
Culte de Noël des familles, temple de Châteauroux, 13 décembre 2020 © DR

Une Église, un pasteur, un projet – 6*

Luc Serrano a rejoint la région Ouest l’été dernier. Son ministère le conduit à la rencontre des gens

Luc Serrano © DR

Nommé pour deux ans sur un poste intitulé « Présence pastorale en Indre et Creuse », Luc Serrano précise : « Je ne suis pas le pasteur d’une paroisse mais d’un secteur qui couvre deux départements sur 12.000 km2 ». Avec 130 foyers, c’est ce qu’on appelle une Dissémination avec un grand D. « Je suis un pasteur itinérant, confie-t-il. Visiter des personnes isolées prend beaucoup de temps ». Un seul temple à Châteauroux et plusieurs lieux de culte chez des particuliers réunissent les protestants de cette Église locale qui, depuis sept ans, était sans pasteur.

Accompagner

Luc n’a pas l’âme évangélique et ne s’en cache pas. « C’est par le témoignage implicite et le bouche-à-oreille qu’une communauté grandit et non en tirant les gens à nous ». C’est dans ce sens qu’il accompagne les personnes individuellement et consacre beaucoup de temps à leur écoute. Confronté à des situations parfois difficiles, il dit volontiers qu’il fait de la cure d’âme.

Être plus visibles

« Nous avons reçu un tableau du peintre Héliard dit Hélier Cosson, né en1897 à Châteauroux et mort en 1976 à Paris… ». Ce tableau représentant le pasteur Widmann sera l’occasion d’ouvrir le temple de Châteauroux lors des journées du patrimoine.
L’Église est en train de passer à une communication plus moderne, avec depuis l’été dernier un site internet très visité créé avec l’aide de la fondation Bersier et un relais tout aussi actif sur Facebook. Il est aussi envisagé d’enregistrer des cultes et de les mettre en ligne soit en direct, soit en les rediffusant. Luc accompagnera ces projets, mais reconnaît personnellement ne pas être très à l’aise avec ces nouvelles technologies.

Rassembler

« Des groupes existent dans la Creuse mais ne se côtoient pas, regrette-t-il. Ils se rencontrent, organisent des études bibliques, des cultes… mais séparément ». La distance n’aide pas, c’est un fait. Son objectif est d’arriver à les faire se rencontrer.

Élisabeth Renaud,
Rédactrice Le Protestant de l’Ouest

* Cet article est le sixième de la série « Une Église, un pasteur, un projet ». Lire le précédent « Un rêve pour mon Église ».