Un mantra pour le combat

image_pdf

Fiction

Il est juste que les forts soient frappés, Thibault Bérard, L’Observatoire, 2020, 210 p., 20 €

Il est juste que les forts soient frappés. Ce titre m’a interpellée ! il a comme un air de sentence biblique. L’auteur le reconnaît, c’est devenu une sorte de mantra pour lui. Pas un mantra qui évoque la plainte, mais qui invite au combat. Ce livre est le récit autant de la lutte contre le cancer de la femme de Théo que du triomphe de l’amour, quels que soient les protagonistes. Certes, vous pouvez prévoir une boîte de mouchoirs le jour où vous le commencez, mais promis, vous en ressortez portés par une puissance de vie, comme Théo. Ce compagnon est foncièrement optimiste, on pourrait presque dire qu’il fait l’autruche devant l’énormité à digérer : sa femme Sarah est atteinte d’un cancer très agressif. Mais ensemble, ils vont se battre et admettre la défaite. Ensemble ils vont vivre et elle va mourir, mais ce que nous retenons du livre, c’est que l’amour est plus fort que la mort.

Corinne Sauvage