Témoigner de l’Évangile dans la ville

image_pdf
Forum d’Église pour créer, innover, inventer un projet d’accueil, le 6 février au temple de La Rochelle © Patrick Balas

Une Église, un pasteur, un projet – 2*

Geoffroy Perrin-Willm est arrivé à La Rochelle il y a peu de temps. Avec son Conseil presbytéral, il a choisi de mettre à profit ce temps de confinement en réfléchissant à un vaste projet impliquant toute la communauté : une démarche de renouvellement de son témoignage, dans la ville de La Rochelle.  

Geoffroy Perrin-Willm © Christian Barthélémy

Ce projet n’est pas né de rien, plusieurs facteurs en sont à l’origine. Le premier découle d’une envie du pasteur de faire une permanence au temple une fois par semaine. Il s’en est ensuivies des rencontres, des discussions, souvent des belles surprises.

Un bel espace pour accueillir

En passant du temps au temple, Geoffroy Perrin-Willm a réalisé que c’était un bel espace pour accueillir les personnes de passage. Dans cette paroisse, l’accueil au temple se pratique chaque année de mi-juin à mi-septembre et cette année un bilan d’activités avait été particulièrement riche, insistant aussi sur le peu de personnes impliquées, essentiellement par peur de ne pas savoir répondre au public. Un troisième élément favorisant est le passage par le temple des nombreux visiteurs qui explorent le musée du protestantisme.
Le Conseil presbytéral s’est alors saisi de cette question ; la communauté y est associée avec des rencontres type forum programmées au printemps qui vont permettre d’impliquer un maximum de personnes et d’enrichir le projet.

Comment être un maillon dans leur histoire avec Dieu

La Rochelle est une ville très touristique, les visiteurs y font de courts séjours. Le temple, quant à lui, est situé au cœur de la ville historique. Comment accueillir ces personnes au temple, en faisant en sorte qu’elles trouvent dans ce lieu non seulement de quoi nourrir leur curiosité, mais quelque chose qui pourrait être de l’ordre de la foi, de leur expérience de l’Évangile ? Ce verset de la première épître aux Corinthiens est inscrit en exergue dans le projet d’Église : « Moi Paul j’ai planté, Apollos a arrosé, et c’est Dieu qui fait grandir ».
« Les gens passent, Dieu nous place là, explique le pasteur. On peut planter, on peut accompagner et le reste appartient à Dieu. On est dégagés d’une obligation de résultat, c’est libérateur. Mais c’est aussi une responsabilité : on a une parole à dire, quelque chose à partager. Il faut qu’on se sente investis par le Seigneur de cette mission de partager de l’Évangile. »

Un lieu, des objets, une communication qui parlent d’eux-mêmes

La première étape est d’améliorer l’aménagement de l’entrée du temple. Il faut penser à l’éclairage, l’affichage, la convivialité. « Nous pouvons réfléchir à ce que nous donnons à voir de notre spiritualité à travers les objets, les meubles, (bibles, croix, bancs, vitraux…), la communication, mais penser aussi que le vide peut avoir une vertu. » Au printemps, Geoffroy Perrin-Willm proposera un temps de formation : comment parler de la foi chrétienne, voire de sa foi. Sans avoir à dévoiler son expérience personnelle, on peut parler de ce que l’on vit ensemble, au culte par exemple.

Honorer le passé et accueillir les opportunités actuelles

Pour Geoffroy Perrin-Willm, dans ce projet, il y a deux volets d’égale importance, l’un concerne les personnes accueillies et l’autre la communauté qui a besoin d’être nourrie, édifiée, encouragée et formée spirituellement. Ce temps de coupure contraint et forcé permet à la communauté de revisiter ce qu’il y a eu de bien dans le passé et qui n’existe plus : des liens à tisser avec les familles, les jeunes, la dynamique de la prière, les rencontres Théovie…
Geoffroy Perrin-Willm espère que le projet d’accueil dans la ville permettra de mettre au cœur de l’engagement de chacun le fondement même de l’Évangile. « Une dynamique rejaillira sur ce qu’on a toujours fait, mais avec un désir nouveau. On n’a pas besoin de faire la révolution, mais ça nécessite parfois de petites conversions ! »

Claudie de Turckheim

 * Cet article est le deuxième de la série ” Une Église, un pasteur, un projet “. Lire le précédentPrendre soin des couples “.