Des musiques à écouter en mars

image_pdf

Musique classique

Soli Deo Gloria – Bach

Collegium Vocale Gent – Ricercar Consort – Philippe Pierlot, Mirare 490, janvier 2021

Un enregistrement remarquable de deux cantates de Bach : Ich hatte viel Bekümmernis (BWV 21), et Die Himmel erzählen die Ehre Gottes (BWV 76), entrecoupées de chorals pour orgue interprétés par Bernard Foccroulle. À l’époque de Bach, les deux parties de ces cantates encadraient la prédication. Dans la très belle cantate 21, la première partie évoque la détresse de l’homme qui se croit abandonné de Dieu. Après le sermon, la deuxième partie annonce le réconfort, notamment dans l’étonnant duo (d’amour) entre Jésus consolateur et l’âme du chrétien.

Béatrice Verry


Chanson française

Petite terre

Un album de HK (Kaddour Hadadi),
septembre 2020. hk-officiel.com

À la première chanson, une chorale d’enfants vous prend par la main, pour découvrir ensuite, dans tout l’album d’HK, cette étincelle que l’on trouve au printemps de sa vie. La trompette, l’accordéon et des rythmes prenants appellent à la marche ou à la danse. HK cherche le temps où nous vivrons la fin du « moi et le début du nous ». Il nous rappelle que nous n’avons pas de planète de rechange. Artisans de la paix, nous avons aussi besoin de justice et de vérité… HK est engagé, son album est un acte politique au sens où il appelle, « sans haine, sans arme, sans violence », à une mobilisation pour obliger les responsables irresponsables à entendre la voix des dits « fainéants », trop souvent victimes d’injustice, mais que le chanteur appelle plutôt à l’action qu’à la plainte.
On aime aussi cette belle chanson sur les soignants, femmes et hommes qui se battent pour les autres, avec les moyens du bord. HK aborde ces thèmes dans une espérance festive, qui nourrit déjà quelques cortèges. D’origine kabyle et d’une cité ouvrière de Roubaix, HK « se la joue peinard au bord de la Dordogne ». Il est aussi écrivain et poète. Et la campagne tranquille ne semble pas être le lieu d’une quelconque retraite, bien au contraire.

Joël Dahan