Êtes-vous sûrs d’être bien reliés ?

image_pdf

Des « chroniques » à réinventer

Un lien, en langage informatique, c’est un moyen d’arriver facilement sur un site d’informations, par exemple sur celui de l’Église protestante unie, d’une Église locale, du Protestant de l’Ouest ou de tout autre site. Le lien, c’est un mot que l’on aime bien. Il a la même racine que le mot religion. Car le vivre ensemble est primordial, même si l’on dit de nous que nous avons une foi très personnelle.

Lorsque Le Protestant de l’Ouest est passé au numérique, nous avons reçu beaucoup de marques d’amitié, des encouragements, des félicitations, mais aussi des réactions angoissées quant à la fracture numérique qu’elle allait entraîner et puis un crève-cœur : la suppression des chroniques.

La fracture numérique, un sujet à débattre

On y trouvait les informations locales, mais aussi celles des Églises où l’on est passé, où des liens se sont créés. Il y avait aussi les informations indispensables comme le lieu et les horaires de culte d’une ville où nous sommes de passage, le contact téléphonique du pasteur quand on vient de perdre un proche…
Nous perdions donc, en nous soumettant à la logique économique, les abonnés non « branchés » et les chroniques !
Pour les abonnés non « branchés », nous n’avons pas de solution miracle. Il reste les visites, certes mises à mal par la situation actuelle. La fracture numérique est là, c’est indéniable, et depuis six mois, elle s’est agrandie, amplifiée, à cause de la crise sanitaire. C’est un vaste sujet qui dépasse de loin notre organe d’informations et nous devons prendre part au large débat qui doit avoir lieu au sein de notre région Ouest.

 La nécessité pousse à l’action

© copie d’écran

Pour les chroniques, nous nous raccrochions aux sites internet des Églises locales en remplaçant le cahier central par des liens sur le site du Protestant de l’Ouest à l’onglet Églises locales afin que le lecteur trouve les informations qui l’intéressent.
Il y a six mois, nous avons regardé les paroisses dotées d’informations numériques (site hébergé par la région, autre site, Facebook, blog personnel) et celles qui n’avaient aucun moyen de communication numérique.
La crise sanitaire est passée par là et la communication de nos Églises s’est grandement améliorée. Aujourd’hui, moins de dix paroisses n’ont pas des moyens de communication numérique (elles ont sûrement un bulletin, des réseaux sociaux ou un blog  qui s’adressent à leurs « amis », mais cela reste confidentiel). Mais lors de ces recherches, nous avons constaté que c’est quelquefois le parcours du combattant pour avoir les informations essentielles. Nous ne dirions pas comme certains professeurs : « peut mieux faire », ce qui pourrait être décourageant, mais que la nécessité pousse à l’action et que l’on est sur le bon chemin. L’absence de site internet est souvent lié au manque de personne-ressource pour réaliser et mettre à jour le site.

L’information maintient le lien en Christ

En passant au Protestant de l’Ouest numérique, ce que nous vous avons fait perdre peut être rattrapé. Visiter les membres non « branchés » de votre Église et diffuser l’information sur les activités de votre Église locale dans l’Église et au-delà reste de l’ordre du maintien du lien en Christ, via internet ou pas. Mais aujourd’hui les nouvelles technologies sont indissociables du vivre ensemble, en société et en Église. Elles sont indispensables pour maintenir les liens existants et pour en créer de nouveaux, ce que l’on pourrait appeler l’évangélisation.

Claudie de Turckheim,
Membre du conseil d’administration du Protestant de l’Ouest