La jeunesse confinée de la région

image_pdf

À l’heure de la Covid et des confinements successifs, c’est tout un challenge que de garder du lien avec les enfants et les jeunes de nos paroisses. Et encore, qu’est-ce qu’on s’est améliorés depuis le premier confinement !

Garder le lien avec les jeunes en cette période confinement est primordial © Marielle Pfender

On pourrait, bien sûr, céder au fatalisme et attendre que la crise passe. Mais ce serait bien mauvais pour la dynamique jeunesse. Se perdre de vue, rater les rendez-vous hebdomadaires ou mensuels, et le lien se dissout petit à petit. Hors de question ! Garder le lien est primordial, tout autant que nourrir et questionner sa foi ensemble.

Alors, que faire ?

Avant tout, ne pas se laisser décourager, garder la foi et devenir un pro des nouvelles technologies ! Whatsapp pour prendre des rendez-vous avec les jeunes ou débuter une discussion ; Zoom, GoogleTeam et autres pour se voir ; le site internet et la newsletter paroissiale pour partager. Ensuite, trouver des idées d’animation que l’on puisse faire à distance, en famille avec les plus petits, puis les partager ; mener des discussions existentielles avec les plus grands autour d’un apéro’skype, ou lancer des défis culinaires, musicaux, théâtraux et tout ce qui vous passe par la tête qui puisse intéresser les jeunes, même à distance !

Quelques exemples

À La Rochelle, le culte des familles qui a lieu tous les deuxièmes dimanches du mois a été annulé en novembre, ou plutôt remplacé par une autre formule : le pasteur enregistrant un vidéoculte sur la parabole des talents, il a été proposé aux familles de réfléchir à cette histoire et de remercier Dieu pour les dons de chacun à travers une photo ou vidéo « talentueuse ». Les productions ont été intégrées à la vidéo du culte du 8 novembre.

Des photos de réalisations permettent d’impliquer les enfants © Marielle Pfender

À Orléans où la jeunesse est nombreuse, chaque équipe d’animation a fait comme elle voulait :
– Les familles de l’éveil biblique et des pré-KT ont reçu un mail avec une séance à vivre à la maison. Les retours ont été très positifs, avec des photos des réalisations des enfants (coloriages, gâteau au yaourt, etc).
– Les équipes de l’école biblique et du KT ont préféré proposer des séances par Zoom avec un jeu de l’oie avec plateau de jeu et pions qui se déplacent sur l’écran. Bravo pour la prouesse technique ! (Contacter Agnès Lefranc si cela vous intéresse).
– Pour les lycéens et étudiants, ce sont des rencontres par Zoom avec des thèmes d’actualité : l’assassinat de Samuel Paty, les caricatures de Charlie Hebdo, l’attentat dans la cathédrale de Nice…
– Quant aux cultes pour les jeunes, ils ont été mis en place récemment. Le prochain aura lieu le 28 novembre. Il s’agira sans doute d’un webinaire avec un témoignage, quelques chants et prières… À suivre ! (Lire l’article ci-dessous).

À l’approche de décembre et ne sachant si le confinement sera ou non reconduit, le consistoire Centre-Loire s’est lancé dans un grand projet pour l’Avent. L’idée est d’envoyer tous les jours aux paroissiens un message sous forme de texte, photo, dessin ou vidéo, sur le thème de la joie et de l’espérance. Dans ces envois, celui du samedi sera chaque semaine consacré à une animation à vivre en famille. Une autre façon de vivre le calendrier de l’Avent !

Partagez vos idées !

On imagine que, parmi les animateurs jeunesse, vous êtes nombreux à avoir lancé des initiatives de ce type et que beaucoup d’entre vous ont eu des idées géniales, peut-être même aussi géniales que le jeu de l’oie par écrans interposés ! Alors, n’hésitez pas à les partager. Le site du Protestant de l’Ouest sert aussi à ça : se soutenir les uns les autres, s’entraider quand la conjoncture nous oblige à repenser nos méthodes traditionnelles. Car plus que jamais familles et jeunes ont besoin d’un lien pour ne pas s’arrêter en route et continuer à avancer ensemble sur le chemin de la foi.

Marielle Pfender, Église protestante unie de La Rochelle

Catéchèse confinée à Orléans…

Samedi 7 novembre, 18h : nous devions être au temple, à vivre l’un de ces « cultes jeunes » que nous avons initiés en début d’année… Nous avions même une invitée, qui devait apporter son témoignage… Mais le second confinement est passé par là, et il a fallu encore une fois repenser les choses, proposer une autre formule, maintenir le contact avec les familles…

Le jeu de l’oie d’Orléans © DR

18h01 : avec une pointe d’appréhension, je lance le Zoom sur mon ordinateur. Les 4es-3es sont au rendez-vous. Quelle joie de les voir tous, ou presque ! Nous parlons de la prière, chacun partageant sa manière de faire. Puis nous nous lançons dans un jeu de l’oie biblique par équipes. J’ai passé toute la journée (avec l’aide d’Élie au téléphone –merci Élie !) à essayer de maîtriser l’outil informatique qui va nous permettre d’avoir le plateau de jeu à l’écran, et d’y déplacer les pions ! Cette année, j’ai lancé un défi aux jeunes : lire 100 textes essentiels de la Bible. Ils ont commencé ; certains sont très assidus, d’autres ont plus de mal… Les questions du jeu de l’oie portent sur les textes qu’ils étaient censés lire. Les réponses ne sont pas parfaites, mais les pions avancent quand même peu à peu !

20h : nous concluons la séance, et les jeunes ont l’air content. Je leur montre les fraises Tagada que j’avais prévues de donner à l’équipe gagnante… évidemment, à l’écran, ce n’est pas tout à fait pareil !

Dimanche 8 novembre, 10h : me voilà de nouveau devant mon écran pour lancer une autre séance en Zoom, celle des enfants de l’école biblique (CE1-CE2). Je passe le relais à Sylvie qui a préparé tout un programme avec eux… Durant le week-end, j’ai aussi transmis par mail aux parents des plus petits une séance préparée par l’équipe de l’éveil biblique… et les autres groupes ont aussi proposé quelque chose. Je suis très reconnaissante de la réactivité des catéchètes, de leur ressort pour inventer toujours de nouvelles choses et pour faire face à cette situation compliquée. Il ne sera pas dit que la Covid aura stoppé la catéchèse de l’Église protestante unie d’Orléans… non, elle est vivante, plus que jamais !

Pasteur Agnès Lefranc, Église protestante unie d’Orléans