Les conseillers presbytéraux étaient en formation

image_pdf

Une journée de formation destinée aux conseillers presbytéraux de la région Ouest était organisée le 10 octobre simultanément à Limoges, Rennes, Royan et Tours. Deux conseillers nous racontent.

Formation des conseillers presbytéraux à Royan © Chantal Vianou

En tant que nouveaux conseillers presbytéraux, c’était donc la première fois que nous assistions à une telle journée.
Nous avons été accueillis par le pasteur Jean-Luc Crémer, président du Conseil régional, et la paroisse de Tours dans un lieu plein de charme et offrant la possibilité de séances plénière ou en ateliers bien distinctes. Nous étions une cinquantaine à Tours.
Après un moment de culte présidé par Loïc de Putter, pasteur à Angers Cholet, le programme s’est décliné en trois ateliers successifs par petits groupes de huit personnes environ sur trois thèmes : la dimension spirituelle dans le travail d’un Conseil, l’organisation et le fonctionnement du système presbytéro-synodal de l’Église protestante unie de France, et les engagements pris par les conseillers, plus particulièrement les notions de collégialité et de soumission mutuelle. L’ensemble de ces ateliers était animé par des pasteurs de différentes Églises locales de la région.

Se nourrir les uns les autres

Nous avons énormément apprécié le sérieux et la convivialité de cette journée qui alternait des temps de méditation et d’enseignement que nous ont offerts les pasteurs accompagnateurs, des temps de partage avec les participants et des rencontres avec les différents membres des Églises locales. Cela nous a permis de clarifier certains aspects, de découvrir ce qui se faisait dans d’autres paroisses et de partager notre expérience toute nouvelle. C’était une belle occasion pour approfondir l’engagement que nous avons pris ensemble au service de nos Églises locales respectives.
Nous avons été aussi heureux d’apprendre qu’une autre rencontre était programmée en janvier car, à notre avis, ces rencontres sont indispensables pour harmoniser les pratiques dans nos Églises. Il nous apparaît nécessaire, tout en respectant chaque identité locale évidemment, de se nourrir les uns les autres pour consolider notre foi et cheminer ensemble vers un même but.
Ce but étant, rappelons-le, celui du service dans nos communautés pour répondre à l’appel de Dieu et à la Grâce qu’il nous offre.

Séverine le Gall du Tertre et Geert Kleinhout, Église protestante unie d’Angers-Cholet