Le populisme, un réflexe identitaire et xénophobe

image_pdf

Religion

L’Alliance contre-nature – Quand les religions nourrissent le populisme, Christian Delahaye, Empreinte temps présent, 2018, 171 p., 18 €.

L’auteur est journaliste et théologien et se demande comment on peut être à la fois chrétien et voter pour un candidat populiste, c’est-à-dire un candidat se réclamant du peuple, s’opposant aux élites ouverts sur le monde et progressistes, faisant craindre la perte de ses pré carrés, proposant des solutions évidentes et radicales au contraire des élites politiques ayant du mal à trouver des solutions aux problèmes qui soient consensuelles, et surtout conservateur pour que rien ne change.

L’argumentation, qui s’appuie sur l’observation des populistes au pouvoir partout dans le monde, de la Pologne au Brésil, en passant par la Birmanie et l’Inde, tourne beaucoup autour du réflexe identitaire et xénophobe, contraire au message biblique (Ancien et Nouveau Testament), universaliste.

On regrette une vision très catho-centrée, oubliant le rôle de groupes protestants évangéliques dans le soutien aux populismes, par exemple aux États-Unis et au Brésil.

Stéphane Griffiths