L’infini

image_pdf
© Olivier Renaud

L’infini, c’est l’infini du mot hospitalité même si ce monde a des traces de sang au creux de son absence.

Jésus allait nu sur les chemins avec sa Parole en guise de miel à offrir.
Il s’exposait ainsi au tout-venant et n’avait que le verbe aimer infiniment à offrir.
Aujourd’hui il y a un mur, celui du cœur, à franchir et les cris s’évanouissant en des vagues de silence.
Aujourd’hui il y conflit entre le silence et l’infini d’aimer.
Le désert était un jardin où la mémoire des arbres est prégnante avec la lucidité d’amour de fêter sa renaissance dans un chant polyphonique.
Nous continuerons dans un champ de résurrection à cultiver la vigne et le blé.

Alban