Ordination-reconnaissance de ministère du pasteur Alain-Georges Nouga

image_pdf

Le samedi 12 septembre, a eu lieu l’ordination-reconnaissance de ministère du pasteur Alain-Georges Nouga.

Ordination-reconnaissance de ministère d’Alain-Georges Nouga, le 12 septembre à Niort © Christian Barthélémy

Il y a deux ans, Alain-Georges Nouga a rejoint l’Église protestante unie du pays niortais comme pasteur proposant, après ses études de théologie, il a poursuivi, au sein de l’Église niortaise en immersion complète, son discernement pour confirmer, au fil de la découverte de cette mission, sa vocation pastorale.

Aujourd’hui, c’est l’Église elle-même qui le reconnaît officiellement et l’envoi en mission. L’ordination-reconnaissance de ministère d’Alain-Georges Nouga aura lieu le samedi 12 septembre à 15h, à la halle des Peupliers à Niort. Chacun est chaleureusement invité, avec son masque et en respectant les gestes barrières !

L’ordination-reconnaissance de ministère, un acte pastoral

Tout commence par un appel. L’appel de Dieu envers quelqu’un, en l’occurrence Alain-Georges. Cet appel est suivi d’un discernement, d’une réponse, d’une reconnaissance et d’un envoi en mission. Et, tout comme Alain-Georges a cheminé dans les méandres de sa pratique, de ses activités professionnelles précédentes, de sa foi, de ses études, l’Église elle-même fait acte de discernement pour reconnaître et envoyer l’un ou l’une de ses ministres en mission. Ainsi, arrivé comme pasteur proposant à Niort, conquis par le projet proposé par la communauté ecclésiale protestante unie du pays niortais « Accueillir, Annoncer, Allez », il se met au service de la paroisse et œuvre pour faire rayonner, faire connaître et faire vivre l’essentiel du message chrétien : « L’amour de Dieu pour chacun de nous ». Quand bien-même, en ces temps bousculés, ce message semble parfois difficile à entendre. Ces deux années, au sein d’une équipe et d’une communauté ont été l’occasion d’observation et d’action et ont permis, entre autres, la confrontation entre la théorie et la pratique.
Temps éclairant pour chacun pour confirmer cette vocation. L’Église protestante unie du pays niortais et plus largement L’Église protestante unie de France rend aujourd’hui officielle cette confirmation.

Alain-Georges Nouga, un chemin singulier

Après avoir effectué un DEA (diplôme d’étude approfondie) de droit au Cameroun, Alain-Georges devient, en plus de sa charge d’enseignant de philosophie et de droit, proviseur d’un lycée, de 2002 à septembre 2008.
Il arrive en France en octobre 2008, pour une inscription au cycle universitaire en criminologie clinique à Lyon 1 ; puis il passe un master II en Sciences criminelles qui le conduira plus tard à devenir attaché temporaire de recherche en criminologie clinique à Lyon 3. Il en profite pour accompagner avec joie, amour et une délicate fermeté, des jeunes de cités de la banlieue lyonnaise. Après deux ans de recherches pour sa thèse, il commence finalement des études de théologie à Montpellier pour cinq ans. « J’ai été rattrapé par la patrouille, en quelque sorte, avoue-t-il. Depuis ma première prédication à l’âge de 16 ans, maintes fois, des personnes de mon entourage ont évoqué cette vocation pour moi, le plus insistant étant Dieu, de ce que je crois. J’ai longuement hésité pour plusieurs raisons, notamment parce que cet engagement me paraissait très lourd à porter. C’est pourquoi j’ai continué mon engagement ecclésial comme conseiller presbytéral, catéchète, délégué au Synode. De plus, pendant ces années, j’ai été desservant pastoral de l’Église protestante camerounaise à Lyon, entouré des pasteurs auprès de qui je me suis souvent ressourcé. La vocation se faisant plus profonde au tréfonds de moi, j’ai fini par arrêter mes multiples engagements pour me consacrer aux études de théologie à la faculté de théologie de Montpellier et Paris pour devenir pasteur ». Enfin, Alain-Georges reprend volontiers à son compte les paroles du pasteur Christian Baccuet : « Ce qui importe, dans la durée d’un ministère, c’est que l’appel soit toujours vivant, le discernement sans cesse partagé et la reconnaissance jour après jour renouvelée ».

Église protestante unie du pays niortais