Jean-François Chaussepied, artiste de la lumière

image_pdf
Le futur est éternel © DR

Amis bretons ou de passage dans le Finistère, n’hésitez pas à pousser la porte de l’église Saint-Martin de Brest et celle de la chapelle de Kerluan en Châteaulin. Jean-François Chaussepied y a réalisé plusieurs ouvrages remarquables. Sylvie Tschiember l’a rencontré pour nous.

Après la perte de ses trois premiers enfants dans un incendie, la peinture et la foi vont aider Jean-Francois Chaussepied à entreprendre un travail comprenant cinq peintures pour l’église Saint-Martin de Brest.

« Mon épouse et moi-même, étions écrasés par une souffrance indescriptible. Marqués à vie, nous décidons, Jacqueline et moi de continuer sans oublier. Le projet pour l’église Saint-Martin est pour moi le bienvenu. Avec le conseil paroissial, nous définissons la thématique, qui sera FOI – ESPÉRANCE – CHARITÉ. »
– Ecce lignum cruccis et te deum pour le chœur
– Jérusalem nova, une toile en ogive pour le tympan
– La charité, un Saint Martin coupant son manteau pour couvrir un pauvre.

La lumière de la vie

Puis en 1999, l’amicale de la chapelle de Kerluan en Châteaulin propose à Jean-François d’exécuter le carton pour la maîtresse vitre située derrière l’autel de la chapelle.
Il choisit le verset biblique « Je suis la lumière du monde, qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais aura la lumière et la vie » Jean 8.12 qui rejoint son chemin de vie.

À la suite de nombreux échanges avec Antoine Le Bihan, maître verrier à Quimper, Jean-François se lance dans le projet des vitraux du chœur de la chapelle. Steven Pennaneac’h, verrier et peintre à Pont Croix, participera à la construction et à leur pose.

Rassemblés dans le même Esprit

© DR

Les deux vitraux du chœur sont le prolongement de la lumière distribuée par la verrière principale. L’ensemble très coloré exprime la joie du croyant.

Le verre distille des lumières nuancées que chacun peut s’approprier dans une joie intérieure. Les deux vitres du transept sont consacrées à Notre-Dame de Kerluan, « Vierge allaitante », la vitre sud « Magnificat » prière de louange, et la vitre Nord « Les eaux de la Grâce » tendresse de Marie à l’enfant Jésus.

« Dans un vitrail, la lumière blanche du soleil traverse le verre et change de couleur. Chaque fragment bien que, recevant la même lumière, donne une couleur différente, à l’image de la communauté, commente Jean-François Chaussepied. Rassemblés dans le même Esprit, mais tous différents les uns des autres, c’est la richesse de la différence qui nous rassemble dans une communauté chrétienne ».
Il reste quatre vitraux à mettre en place dans la nef de la chapelle, ils seront réalisés en 2021.

Jean-François Chaussepied a exposé dans le monde entier, de la Chine à l’île de Sein en passant par Berlin mais surtout en Bretagne, terre de lumière. Il espère pouvoir remplir encore longtemps quelques belles pages en couleur. « Le futur est éternel » dit-il.

Sylvie Tschiember, église protestante unie de Quimper

Pour découvrir l’histoire du projet des vitraux de Notre Dame de Kerluan, à Châteaulin.