Une philosophie de vie qui renoue avec le sens

image_pdf

Spiritualité

L’envie d’y croire, Éliette Abécassis, Albin Michel, 2019, 207 p., 18 €

Un livre plutôt destiné à ceux qui ne croient pas ou plus, ceux dont le temps est entièrement pris par les technologies de l’information (sms, WhatsApp…) et la consommation de biens et services que l’hypercapitalisme leur impose.
La solution que l’auteure propose est le retour à la philosophie et un regard sur le monde qui ne soit pas uniquement matériel, afin d’accéder à la joie, vertu philosophique d’un vécu absolu, spirituel. Elle propose même des rites et des liturgies pour se retrouver face à soi et éloigner ses démons. Par exemple, débrancher son smartphone le temps qu’il faut ou prendre le repas en commun en famille. Mais, n’est-ce pas ce que nous faisons au culte le dimanche matin ?
Comme dans un devoir de philo, le livre est accompagné de nombreuses citations. L’autrice, qui est aussi divorcée et mère de deux ados, nous livre son expérience avec humour et analyse la vie d’aujourd’hui.
Moi qui ai toujours pensé que le mot « joie » en Église était piégé, sous la plume d’Éliette Abécassis, il devient une notion philosophique propre à un état de félicité spirituelle qui ne se traduit pas par des rires et des chansons, mais par l’accueil d’un certain état d’âme, l’envie d’y croire.

Stéphane Griffiths