À la rencontre de Jean-Luc Cremer

image_pdf
Jean-Luc Cremer © Claudie de Turckheim

Le pasteur Jean-Luc Cremer, pasteur de l’Église protestante unie de Rochefort-sur-Mer, s’apprête à être le nouveau président de la région Ouest. Il prend ses fonctions le 1er juillet.

Quand, il y a quelques mois, Jean-Luc Cremer a reçu l’appel du Conseil régional, la décision a été difficile à prendre, pour lui comme pour Claire, son épouse. L’éloignement de leurs parents et de leurs enfants qui résident en Centre-Alpes Rhône, la fonction de président, différente de celle d’un pasteur. « Et puis à Rochefort, on en est encore à débroussailler » dit-il.

S’engager

Jean-Luc et Claire Cremer sont arrivés en 2016. Beaucoup d’observateurs objecteront que ces quatre ans ont été bien employés, au regard de tout ce qui a été mis en place. Signalons au passage le Culte 3 D (Dire Dieu Différemment), les groupes Médit’ en Dieu, Marche en Dieu, la démarche écologique.
Alors, ce qui a pesé dans la balance, c’est la confiance. La confiance de ceux qui l’ont appelé à ce nouveau poste, et sa confiance en Dieu. Cet appel fait écho à celui qu’il avait reçu à l’âge 35 ans et qui l’a amené à s’engager à être pasteur.
Né dans une famille protestante, baptisé, confirmé, Jean-Luc Cremer a suivi l’école biblique, le catéchisme, les camps, les éclaireurs. De 20 à 35 ans, il a eu le temps d’être animateur socio-culturel, agent commercial en agence de voyages, directeur d’une école de langue française pour missionnaires, animateur dans un centre chrétien en Alsace. Il a connu les conflits au travail, les périodes de chômage.
Des études à la faculté de théologie de Montpellier ont été rendu possibles grâce au soutien de Claire. La famille a déjà ses trois enfants et Claire part travailler comme assistante sociale tous les jours à Alès. Ce sera d’ailleurs son lot de changer de travail en fonction des nominations de son mari, quitte à faire 100 km par jour. « Elle est un véritable soutien, à la fois discrète et présente ». Jean-Luc Cremer a commencé son ministère pastoral à Die dans la Drôme, et l’a poursuivi en qualité d’animateur jeunesse, poste à dimension régionale en Centre Alpes Rhône.

Et accompagner

Depuis quatre ans, il est membre du Conseil régional. Il connaît l’ampleur de la tâche qui l’attend aujourd’hui. S’il se sent encore assez jeune à 58 ans pour oser se lancer et entreprendre quelque chose de nouveau, c’est avec beaucoup d’humilité, dit-il, car il sait que les choix et décisions qu’il prendra avec son conseil vont influer sur la diffusion de l’Évangile.
Pour cette année à venir, Jean-Luc Cremer souhaite tout d’abord rencontrer tous ses collègues, « Je suis en priorité à leur service, je veux les écouter, les connaître, les soutenir et comprendre ce qu’ils vivent ». Et puis, accompagner les projets innovants qui germent ou commencent à se réaliser : à Laval, en Indre et Creuse, en Bretagne, à Rennes, à Saint-Nazaire, à la Tremblade. Enfin, accompagner ses collègues pasteurs et les Conseils presbytéraux dans une réflexion qui aide à abandonner certaines choses et à en accueillir des nouvelles.
On a tous un verset biblique préféré, celui du pasteur Jean-Luc Cremer est tiré du livre d’Esaïe : « C’est dans le calme et la confiance que sera votre force », Es. 30.15. Il l’a reçu lors de sa communion.

Claudie de Turckheim