Un temple à sauver

image_pdf
Le temple de Bourges @Annick Joigny

Fermé depuis le 10 juin 2018 au public, le temple de Bourges doit subir de lourds travaux. Une souscription pour sa restauration vient d’être lancée par la Fondation du patrimoine.

Depuis cette date, les cultes ont lieu dans le centre protestant La Chaume d’Asnières à 5 km du temple. « Les études préliminaires ont montré que la charpente était en bon état et les fondations stables », explique Jean-Pierre Seguin, l’un des responsables du projet. « Un investissement minimum de 140 000 € permettra l’ouverture du temple en toute sécurité au public ». Cerclage des murs, construction d’une nouvelle voûte, et réfection de la toiture font partie de la première tranche de travaux. La deuxième concernera la peinture, l’enduit des murs extérieurs et la mise aux normes électriques et d’isolation pour environ 82 000 €.

Une cité à l’histoire prestigieuse

En 1529-1530, Calvin y vient poursuivre ses études de droit. Et c’est bien à l’université de Bourges qu’est semée en lui l’étincelle qui va faire de lui le grand Réformateur connu dans le monde entier. En 1556, depuis Genève, c’est Calvin lui-même qui dépêche un pasteur pour créer une Église réformée dans la cité berruyère. Depuis, cette Église est toujours debout. Mais il faut que son temple, qui tout à la fois l’abrite et lui donne une visibilité dans la ville, reste lui aussi debout. « L’Église réformée de Bourges et du Cher fait appel à la générosité de tous. Seule, elle n’a pas les moyens de financer ces travaux de restauration indispensables. D’avance, merci à vous qui aurez à cœur de veiller par vos dons à ce que le protestantisme reste vivant et visible au centre même de la France ».

Les chèques sont à libeller à l’ordre de : Fondation du patrimoine – Temple de l’Église réformée de Bourges, et à envoyer à : Fondation du patrimoine, délégation Centre-Val de Loire, 23 av. de la Libération

Élisabeth Renaud