Le Zéro Déchet

image_pdf

Mélina Benoit

Le principe

Le Zéro Déchet est une démarche dont le but est de réduire au maximum les ordures produites. Il s’agit de revoir son mode de consommation afin de réduire la production de déchets à la source. Le recyclage est bon, mais reste tout de même polluant, le traitement des détritus ayant un coût écologique. Or si le déchet n’est pas produit, il est inutile de le recycler. L’essai a été effectué, notamment, par une famille de quatre personnes*, les parents et deux enfants. À force de persévérance, elle a réussi à finir une année complète avec seulement un bocal de détritus, soit environ un kilo.

La pratique

Pour réduire les déchets, le problème doit être pris à la source par les politiques et les industriels. Mais cela peut aussi venir d’une action individuelle. Il est possible de revoir sa façon de consommer par de petites actions du quotidien. On peut par exemple commencer par refuser tout ce qui n’est pas utile comme les prospectus, les petits cadeaux gratuits, etc. Il s’agira ensuite de changer ses habitudes de consommation petit à petit, acheter moins d’habits ou les acheter d’occasion. Moins de production égale moins de déchets. On peut aussi remplacer tout ce qui est jetable par des objets réutilisables : couches lavables, cotons réutilisables, oriculi (à la place des cotons-tiges), etc. Et bien sûr commencer à faire ses courses en vrac à l’aide de sacs réutilisables pour réduire les emballages. Il faut donc changer ses habitudes et consommer autrement. Si cela peut paraître difficile, ce n’est pas impossible.

En Église

Cela peut s’appliquer aux Églises, d’autant que très peu de déchets sont produits par ces dernières. Nombreuses sont les paroisses qui ont déjà mis en place des mesures sans savoir, peut-être, qu’elles faisaient du Zéro Déchet. Il faut par exemple opter pour de la vaisselle lavable lors des événements communs. On peut aussi utiliser de la vaisselle compostable, à condition d’avoir un compost. Le compost n’étant pas compris dans les « déchets » puisque tout ce qui se retrouve dans un compost est recyclé de manière naturelle, sans conséquence écologique. Le jardin vous dira merci ! Ce n’est pas grand-chose, mais c’est déjà un pas dans la bonne direction. Les Églises peuvent aussi avoir un rôle d’information et d’accompagnement. Certaines le font déjà avec, par exemple, la distribution de sacs réutilisables ou de sacs à compost.

* voir la Famille (presque) Zéro Déchet : www.famillezerodechet.com